Jamais le bénévolat n’aura été aussi essentiel qu’en ces temps troublés. La situation est telle que certains ont dû, pour des raisons sanitaires, s’abstenir momentanément de s’adonner à cette activité bénéfique. D’autres, au contraire, ont fait cette expérience pour la première fois et y ont découvert des vertus insoupçonnées.

Du latin « benevolus », qui signifie bonne volonté, le bénévolat est indispensable à l’existence même des organismes. Il subit cependant, dans le contexte actuel, tout un bouleversement, car durant la pandémie que nous traversons, il a été recommandé aux personnes de plus de soixante-dix ans de rester à la maison pour leur sécurité. Les organismes comme le nôtre ont alors été privés de la majorité de leurs membres. Or, sans bénévoles, pas d’organismes ! Par chance, en s’inscrivant sur le site de « jebenevole.ca », des dizaines de nouvelles personnes sont venues en renfort, devenant bénévoles souvent pour la première fois. Leur aide précieuse a permis de maintenir des activités comme le service de popote roulante pour les personnes âgées. Il est aussi possible de s’adonner au bénévolat à distance en faisant des tâches administratives, des appels ou même de la comptabilité.

Il y a différentes raisons qui nous amènent à être bénévoles et chacun y trouve ses motivations. Mais dans les faits, c’est souvent pour combler ses propres besoins que l’on fait du bénévolat : pour s’occuper, pour socialiser, pour s’évader en faisant œuvre utile. Ce peut être l’occasion aussi de s’impliquer pour une cause qui nous tient à cœur depuis longtemps et qui n’a pas les ressources humaines nécessaires. On peut simplement vouloir donner en retour lorsqu’on estime que la vie a été généreuse avec nous. Souvent, la principale limitation à faire du bénévolat est le manque de temps. C’est la raison pour laquelle, beaucoup de personnes s’impliquent davantage une fois à la retraite. On dispose alors de plus de temps et cela nous permet de demeurer actifs tout en continuant à améliorer les choses au sein de sa communauté.

Maintenant, même si cela procède d’une démarche saine et sans arrière-pensée, et de nombreuses études le confirment, faire du bénévolat apporte un lot non négligeable de bénéfices. Cela permet de rester connecté aux autres, d’améliorer ou de conserver sa vie sociale et de sentir que l’on fait partie d’un groupe ou d’un projet, et quelquefois même, d’une famille ; tout cela renforce l’estime et la confiance en soi. Le bénévolat a un effet bénéfique évident sur la santé tant physique que mentale. On dit qu’il aide à rester jeune et même qu’il augmente l’espérance de vie. Il n’y a pas de portrait type du bénévole, mais on retrouve souvent des traits communs. Ce sont des individus sincèrement engagés, passionnés, fiables, qui se font un point d’honneur à partager leur temps, leurs connaissances, leur vécu et à apprendre de nouvelles choses aussi.

Faire du bénévolat, c’est donc faire quelque chose gratuitement, au bénéfice des autres, sans rien attendre en retour — c’est un peu comme dans une relation parent/enfant. Nous sommes tous bénévoles en fait, mais à des degrés différents. Et pour certains, c’est véritablement une seconde nature, un art de vivre. Ces bénévoles-là se donnent sans compter, sans rien attendre en retour si ce n’est glaner par-ci, par-là, un sourire de bien-être ou de reconnaissance. La vie leur a donné cette faculté merveilleuse du don de soi. Certains sont nés avec et d’autres l’ont développée au fur et à mesure du temps, en réalisant les bienfaits et la puissance du dévouement et de l’altruisme.

Comme le disait l’abbé Pierre, « On n’est jamais heureux que dans le bonheur qu’on donne. DONNER, C’EST RECEVOIR ! ».

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour devenir bénévole :

AQRP : https://www.aqrp.ca/a-propos/benevolat

Centre d’action bénévole de Saint-Hubert : https://www.cab-saint-hubert.org/

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!
0

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *