8 avril 2020

Note : Le texte a été écrit avant l’arrivée de la pandémie au Québec. Nous vous invitons à garder ces informations précieusement. Il s’agit d’un service qui risque d’être fort utile lorsque nous aurons traversé la crise actuelle. 

Présentes dans le paysage québécois depuis une quinzaine d’années, les Accorderies ont mis en place un réseau d’échange de services qui fait appel aux talents, aux habiletés et aux connaissances de toutes les personnes intéressées à le joindre. Ce système innovateur utilise une monnaie sociale, appelée l’heure Accorderie.

L’histoire du mouvement a vu la première Accorderie naître en 2002 à Québec, à l’initiative de la Caisse d’économie solidaire Desjardins et de la Fondation Saint-Roch. En 2020, on compte 12 Accorderies dans huit régions du Québec allant de la Gaspésie à la Montérégie en passant par Montréal, Estrie, Mauricie, Capitale-Nationale, Côte-Nord et Bas-Saint-Laurent.

Le Réseau Accorderie a été créé en 2006 avec la mission d’agir pour la transformation sociale en accompagnant le développement des Accorderies. En 2011, l’Accorderie s’est implantée en France, où on en compte maintenant plus d’une trentaine ; il est même possible de réaliser des échanges entre Accordeur. e. s québécois et français.

La mission d’une Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans une perspective de solidarité et d’une plus grande justice sociale. Pour y arriver, elle crée les conditions d’une amélioration de la qualité de vie des membres par l’accès à une très grande variété de services, sans recourir à l’argent, mais aussi par la création de lien entre eux et avec la communauté.

L’Accorderie se fait d’ailleurs un point d’honneur de cultiver la mixité et de consolider le tissu social en favorisant l’entraide entre personnes d’âge, sexe, culture et revenu différents. Cette diversité dans le paysage humain composant les Accorderies en fait aussi leur richesse, entretenant la certitude que chacun. e de nous possède des compétences et des savoirs qui peuvent rendre service à quelqu’un d’autre, peu importe notre origine ou notre occupation.

Les relations intergénérationnelles sont à l’honneur dans un tel système où environ 25 % des membres ont 65 ans et plus, pour 35 % qui ont 45 ans et moins. À ce sujet le projet « Vivre chez soi bien entouré », qui est né d’une initiative de L’Accorderie de Sherbrooke, vise à mettre en place un réseau de soutien bienveillant autour des aînés à l’aide des Accorderies. Ce projet s’inscrit dans un contexte de vieillissement de la population au Québec et des divers enjeux qui y sont liés. Complémentaire aux approches déjà déployées auprès des aînés, il a pour objectif de mettre en valeur leur participation sociale et celle des proches aidants, tout en encourageant la solidarité intergénérationnelle.

En créant une monnaie d’échange alternative et accessible à tous, le temps, l’Accorderie favorise l’inclusion et l’égalité, car chaque service est comptabilisé selon le principe : une heure de service rendu vaut une heure de service reçu. On est payé « 1 h pour 1 h », peu importe la nature du service !

Les services échangés touchent à des domaines très variés : transport et accompagnement, entretien ménager et petits travaux, couture et artisanat, cuisine et alimentation, administration, informatique et communications, langues, musique et arts, voyage, sports et loisirs, etc. Depuis les débuts de L’Accorderie en 2002, c’est plus de 85 000 échanges qui ont été comptabilisés, pour un total de plus de 200 000 heures de services ! Près de 10 000 Accordeur. e. s ont participé à l’échange, en offrant pas moins de 1 200 services différents.

Aux échanges de services individuels, qui se font directement entre Accordeur. e. s, peuvent s’ajouter des activités collectives d’échange (groupe d’achats ou crédit solidaire, par exemple). Il y a aussi les échanges associatifs, où les membres contribuent au fonctionnement de l’Accorderie : adhésions, participation à des comités, vie associative, financement, etc.

Des activités de toute sorte organisées par l’Accorderie et ses membres complètent le portrait, favorisant les liens et la confiance. Elles peuvent prendre la forme d’ateliers de création, cuisine, jardinage, cours de danse ou d’informatique, cinéma, conférence voyage ou sur l’écologie, sorties culturelles ou plein air, etc. Il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les talents à L’Accorderie !

Pour plus d’informations : www.accorderie.ca

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!
0

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.