23 avril 2019

Connaissez-vous ce modèle collectif et d’organisation démocratique sur le marché du logement, qui s’adresse autant aux jeunes qu’aux aînés ? Une coopérative d’habitation est un regroupement de personnes qui souhaite faciliter à ses membres l’accès à la propriété ou à l’usage d’un logement. Il s’agit d’une entreprise privée à but non lucratif dont les gestionnaires sont les membres résidents.

Ceux-ci gèrent collectivement les affaires afin de se donner un milieu de vie sain et sécuritaire qui répond à leurs besoins. Une coopérative de solidarité regroupe au moins deux catégories de membres parmi les suivantes : des membres utilisateurs, des membres de soutien et des membres travailleurs.

Les membres d’une coopérative de solidarité en habitation pour aînés reçoivent le soutien de sociétés ou de personnes qui ne vivent pas dans la coopérative, mais qui ont un intérêt économique, social ou culturel dans l’atteinte des objectifs de la coopérative et qui sont prêts à contribuer à sa réussite. Ce sont, par exemple, des organismes communautaires, des représentants du milieu ou des proches des aînés résidents. Dans certaines coopératives, les employés sont aussi membres.

Ainsi, des personnes, des organismes du milieu et des aînés créent une coopérative de solidarité pour répondre à leurs besoins de se loger et d’avoir accès à des services. La coopérative de solidarité se prête bien à un projet visant à créer un milieu de vie pour les aînés, parce qu’elle permet aux résidents et aux membres externes de travailler ensemble à la réalisation, au développement et à la préservation de la coopérative. Gaston Michaud, membre de la Coopérative de solidarité en habitation La Brunante en Estrie, nous partage sa vision de la coopération et de l’entraide.

Les aînés peuvent assumer des responsabilités en tenant compte de leur capacité, de leurs compétences et de leurs intérêts. Ils peuvent participer à la vie associative en assemblée générale, au conseil d’administration et dans les comités. L’assemblée générale est le lieu où se prennent les grandes décisions et orientations de la coopérative. Les membres utilisateurs, les membres de soutien et éventuellement les membres travailleurs se réunissent notamment pour adopter ou modifier les règlements, proposer les orientations, déterminer ou actualiser la mission de la coopérative et pour élire les administrateurs.

Le conseil d’administration gère les affaires de la coopérative et se donne généralement des comités afin de répartir les responsabilités et les lieux de pouvoir entre les membres. Les résidents peuvent mettre à profit leur expérience et leurs compétences pour ainsi avoir leurs mots à dire et continuer à prendre leur place dans leur milieu de vie, ce qui les aide à rester actifs le plus longtemps possible.

Vivre dans une coopérative de solidarité offre plusieurs avantages. Les aînés ont accès à des logements de qualité avec services de repas. Les coûts sont plus abordables puisqu’il n’y a pas de recherche de profit. C’est un milieu de vie agréable et sécurisant où les aînés sont partie prenante de leur coopérative et développent un sentiment d’appartenance. Ils participent à la prise de décision par l’assemblée générale, le conseil et les comités. La coopérative leur offre un réseau de soutien et d’entraide, des occasions de créer des liens et de briser l’isolement. Leurs proches peuvent devenir membres de soutien et collaborer avec les aînés. Habiter en coopérative, c’est aussi choisir de s’impliquer dans des projets stimulants et intergénérationnels qui permettent de redonner à la communauté. Les membres de la Coopérative Les aînés de Dosquet ont par exemple collaboré à la mise en œuvre d’un jardin collectif avec plusieurs acteurs de la communauté, en plus de s’y impliquer pleinement par la suite.

Pour qu’une coopérative de solidarité pour aînés soit une réussite, il faut mettre de côté certains stéréotypes qui nuisent à la participation sociale des aînés. Il faut favoriser et encourager leur participation à la vie de la coopérative pour qu’ils continuent à être actifs, ce qui contribue à prolonger leur autonomie. En somme, il faut leur faire une place.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les coopératives d’habitation, vous pouvez visiter le site de la Fédération des coopératives d’habitation de Québec, Chaudière-Appalaches.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!
0

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.